MESSAGE DE LA MÈRE
AUX FEMMES
bigstock-Portrait-of-beautiful-girl-in--

L’humanité actuelle veut rabaisser le cœur, elle veut en faire un organe animé de chimie qui te conduit à devenir un consommateur, à rechercher un plaisir sans valeur, détaché du cœur, de son message, de son monde, de sa sensibilité. Ainsi, les femmes seront conduites dans le monde des hommes, elles seront poussées à être similaires à la déchéance du principe masculin dans ce qu’il a de plus grossier, de vil et de brut. Elles ne seront plus des femmes,

mais elles ne seront pas non plus des hommes, elles ne seront plus rien. 

La force des femmes, c’est de s’opposer à ce qui est cruel, dur, méchant, stupide, dégradant. Ceci est la véritable nature des femmes et c’est cela qui doit être mis en valeur dans vos cercles de mamans et dans l’organisation de vos villages.

Ce que je vois apparaître dans le monde moderne, c’est une perte d’identité. Ceci est valable aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Je vous dis que la responsabilité d’une telle déchéance ne vient ni des hommes ni des femmes, car ils subissent la situation et ne comprennent pas réellement ce qui se produit. 

Il y a une certaine intelligence qui a dégradé les hommes et les femmes afin de pouvoir toucher et éduquer en direct les enfants. Cette intelligence sournoise a agi directement dans les sphères inconscientes de l’homme et de la femme en modifiant les archétypes, les écritures qu’ils portaient en eux. Maintenant, il n’y a plus de fondements pour guider et les êtres sont perdus, ils ne savent plus qui ils sont, ni ce qu’ils doivent faire et comment se comporter. Ainsi, des mondes qui étaient enchaînés peuvent entrer en eux et les posséder. 

Dans la réalité de la vie, les hommes et les femmes se cachent, se méfient, sont dans les non-dits, comme s’ils étaient des proies et en guerre. Cela est caché par des apparences, mais derrière, c’est un monde de prédateurs, de conflits, de ténèbres. 

Je vous appelle et vous demande de venir vers moi, de retrouver les valeurs de la sagesse, de la Maman du monde et de vous mettre à mon école. 

Je vous appelle, mais je sais que c’est une utopie, car vous êtes dedans et vous ne pouvez même pas imaginer vivre autrement. Cette magie est réellement puissante. Mais vous, en tant que Nation Essénienne et que tradition essénienne, vous avez aussi une puissante magie à votre disposition. Renforcez cette œuvre de la Nation Essénienne et tous les jours, unissez-vous à elle afin de participer à son œuvre réelle et vivante sur la terre. 

Formez un cercle de femmes et que la Nation Essénienne soit votre enfant. 

Cultivez en vous les valeurs de la Maman. Faites-le dans le caché, ne le montrez pas, mais gardez cela en vous comme une flamme allumée que rien ne pourra éteindre. 

Si la Maman n’est plus là, si elle ne peut plus se manifester, alors que deviendra l’humanité ? Qui accueillera les âmes en incarnation de son amour de Maman ? Qui les protègera, qui les entourera des fées, des esprits, des lumières, des chants sacrés, des parfums, des charmes, des douces influences magiques ? 

La Maman protège du mal, éloigne le tentateur, équilibre la cruauté, la méchanceté et empêche la désidentification. 

Mes chères filles, vous, les Filles de la Mère, vous, les Esséniennes, j’aimerais que vous deveniez des cœurs vivants, aimants, des cœurs de mamans et aussi des cœurs de grand-mères, qui forment le cercle empêchant la bêtise de se manifester, chloroformant la violence et la méchanceté. Mais surtout, ne vous identifiez pas au monde moderne ni aux images déformées qui ont été mises en vous. 

Retrouvez la pureté, la virginité, la sagesse de votre âme de femme, soyez différentes, soyez originales et préservez ce qui est éternellement vrai, bon et juste. 

Soyez réellement des femmes et des mamans, une avec moi. »

Message aux femmes

2 août 2018

« Vous, les femmes, c’est à vous que je parle, vous, qui, depuis des milliers d’années, avez été contraintes à adopter une attitude et une façon d’être qui sont propres au caméléon afin de protéger la sensibilité et les vertus de la Maman que vous portez en vous. 

Vous, les femmes, vous êtes, avant tout, un équilibre sur la terre. Cet équilibre ne se réalise pas en étant un guerrier qui veut absolument et puissamment maîtriser les mondes. C’est une souplesse, un art de la patience, une empathie et surtout, une impersonnalité qui font que la maman est capable de protéger un être sans prendre en compte ce qu’il fait. Elle est capable d’être omniprésente pour accompagner l’enfant qui grandit et qui s’élève. 

Profondément, vous, les femmes, vous portez ces vertus en vous d’une façon innée et primitive. Bien souvent, vous avez dû vous adapter, au cours des âges, à cause de la loi des hommes qui a voulu vous modeler, jusqu’à même vous conduire en dehors de votre rayon, de votre nature, en vous transformant en guerrières et en vous enlevant la beauté de la féminité. 

Aujourd’hui, votre monde, c’est comme demander à une fleur d’être laide et de sentir mauvais. Voilà où vous en êtes arrivées ; c’est un fait, un constat et vous devez en prendre conscience afin de retrouver les valeurs féminines, d’en prendre soin, de les sauvegarder. C’est pourquoi je parle aux femmes et je leur demande de s’unir entre elles au nom de ma bannière et de mon école de Maman. Unissez-vous et résistez au monde actuel, n’allez pas dans son sens, ne vous laissez pas envahir, n’ayez pas peur de lui, car si vous êtes vraiment vous-mêmes et unies, vous serez plus fortes que lui et vous le terrasserez. Lui, il veut vous dénaturer, mais vous, vous devez savoir qui vous êtes et sauvegarder la puissance, la force, la dignité, la sagesse d’être une maman. 

Vous me portez en vous, car je suis la Maman dans toutes les femmes. 

Je suis l’aspect féminin de Dieu. Demeurez avec moi, toutes ensemble. 

Retrouvez la sagesse et la force des femmes initiées à mes chemins et à mon savoir-faire. 

Comme moi, vous êtes des protectrices, vous voulez envelopper, guérir, adoucir, et vivre avec les vertus, les forces, les intelligences du cœur. Honorez le cœur des choses et des êtres et faites apparaître le monde du cœur.