Rechercher

Le cheminement des Esséniens vers la Mère


La tradition essénienne a toujours cherché à se rapprocher de la Mère, à manifester son intelligence et sa sagesse, et, au fil de l’histoire, elle a donné naissance à de grandes initiées qui ont incarné des vertus féminines, comme Marie, Marie Madeleine, Esclarmonde de Foix…


Au fil du cheminement de la tradition essénienne, des alliances créées entre les grands maîtres et le monde divin, des enseignements sont apparus sur la Mère, mais ils restaient bien souvent voilés, comme ceux de Jésus, qu’il a fallu éclairer d’une tout autre façon pour comprendre qu’il parlait des enseignements de la Mère.


Au fil de sa recherche, de sa quête tournée vers le divin, de ses dialogues et alliances avec les mondes supérieurs, Olivier Manitara, le père contemporain de la Nation Essénienne, a reçu, il y a quelques années, une représentation de la Mère du monde. Cette représentation s’approche de la grande vérité de la Mère, englobant les intelligences et les principes des 3 grandes manifestations de la féminité : la Mère céleste, la Déesse Isis et la Mère-Terre. Nous devons vivifier cette image sans la figer comme une vérité absolue et nous laisser maintenant guider vers d’autres enseignements qui approfondissent cette représentation, nous éclairent et nous touchent directement dans la réalité de notre vie sur terre.


Même les peuples animistes qui ont vénéré la Mère-Terre ne se sont pas réellement approchés de la réalité de la Mère et n’avaient pas d’alliance avec les mondes supérieurs. Ils ont exprimé à travers leur adoration à la Mère-Terre un désir de communion, une aspiration à connaître le grand principe créateur des mondes sans pour autant s’en approcher réellement. Ils étaient avec la Mère-Terre, dans le réel, sans s’élever jusqu’aux mystères des mondes supérieurs et n’avaient pas d’alliance avec la Mère.


La Mère telle qu’on l’a nommée dans la Nation Essénienne avant 2017, celle de qui s’est approché le père de la Nation dans ses dialogues théurgiques, celle qui porte les 4 éléments et ses 4 règnes n’est pas le grand principe originel de la Mère, mais son écriture, son prolongement, sa manifestation. Elle est un intermédiaire, un chemin de compréhension et de réalisation qui se marche pas à pas vers la Source, la Mère, qui est au-delà.


Ces dialogues ont ouvert des portes, apporté des compréhensions, nourri la quête de communion entre un guide de l’humanité et la Mère. Ils ont permis des réalisations concrètes pour la Nation Essénienne, comme le chemin des formations initiatiques en communion avec la nature et les éléments, et la réalisation de cérémonies sacrées, nourrissant, sous la guidance de la sagesse des Anges, un lien de plus en plus étroit avec la Mère. Derrière le voile et le mystère de tous ces pas sur le chemin de la Lumière, là où un lien se tissait entre les Esséniens et la Mère-Terre, la Mère s’approchait dans le caché sans que son alliance vivante ne soit encore scellée.


La Mère-Terre peut parler aux êtres, les inspirer, les guider. Dans une méditation, une intériorisation, tu peux être en relation avec un arbre, une plante, une pierre, un animal. Par ta chaleur de cœur, ton amour, tes prières, ton contact avec les éléments, tu peux être en communion avec la Mère-Terre, sa force, sa sagesse, son intelligence, mais le grand principe éternel de la Mère demeure dans un autre monde, qui ne peut apparaître et se manifester que dans des conditions très particulières.


Ces conditions sont apparues dans la vallée de la Merveilleuse, au Panama, et elles ont permis que cet enseignement de la Mère apparaisse. Grâce au jardin de la Lumière, un chemin vers l’alliance avec la Mère s’est ouvert, et cette terre est devenue celle où la Mère se manifeste et enseigne à ses enfants.


125 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout
Académie_image.jpg
imageonline-co-whitebackgroundremoved.pn
  • Facebook
  • YouTube
  • Twitter
  • Instagram